InfoLiban
La Culture
Culture
Source
  • http://www.lonelyplanet.fr/
  • Langue
    L'arabe et le français sont les deux langues officielles du Liban, l'arabe étant néanmoins, et de loin, la plus largement usitée. L'anglais devient de plus en plus courant dans le milieu des affaires. Les arabes accordent une grande importance à la politesse, et il est rare d'assister à un échange entre deux personnes qui ne commence pas par une profusion de salutations, de questions sur la santé de l'interlocuteur et autres délicatesses. En tant qu' ajnabi (étranger), vous n'êtes pas censé maîtriser toutes ces finesses, mais si vous faites l'effort de prononcer la formule appropriée au moment voulu, vous n'en serez que mieux respecté. De fait, toute tentative de communiquer avec les habitants dans leur propre langue sera appréciée. Si exécrable que puisse être votre prononciation ou votre grammaire, vous vous verrez probablement répondre en souriant : "Ah, mais vous parlez merveilleusement l'arabe !"


    Nourriture
    La cuisine libanaise est aussi délicieuse que peu coûteuse. En utilisant des produits frais et savoureux et des épices raffinées, les Libanais ont adopté les meilleurs aspects de la cuisine turque et arabe et y ont apporté une petite touche française. Un repas typique se compose de quelques mezz (tourte aux épinards, fromage séché, purée de sésame, feuilles de vigne.), suivis d'un plat de viande (en général, du mouton) ou de poisson, le plus souvent fourré de riz et de noisettes, plus un tabouleh ou fattoush. Le plat national est le kibbe, un mélange finement haché d'agneau et de boulgour, qui peut être servi cru mais est le plus souvent frit ou cuit en tourte. Les repas se terminent par des pâtisseries sirupeuses comme le baklava, ou des desserts à base de semoule ou de noix.

    Le café arabe est très réputé. Parmi les boissons sans alcool, citons le jellab, un délicieuse boisson aux raisins servie avec des pignons de pin, et l'ayran, une boisson au yaourt. Bon marché, l'alcool est facile à trouver, le plus répandu étant l'arak, que l'on mélange à de l'eau sur des glaçons.


    Religion
    La population libanaise est environ à 70% musulmane et à 30% chrétienne. La communauté musulmane la plus importante est celle des shiites, suivie par les sunnites et les druzes. Les druzes constituent l'une des curiosités religieuses du Moyen-Orient. Originaire de l'islam, cette branche s'est tellement singularisée qu'on la considère souvent comme une religion à part entière. Selon les druzes, Dieu s'est incarné dans divers hommes à diverses époques, sa dernière incarnation ayant été Al-Hakim bi Amrillah, le sixième calife fatimide, mort en 1021. Ils croient en la réincarnation, ainsi qu'à un nombre limité d'âmes existantes. Chaque jeudi soir, les druzes se rassemblent pour prier dans des endroits discrets, où aucun étranger n'est admis, les rites restant du plus grand secret. La plus grande communauté chrétienne est celle des maronites, suivie par celle des églises grecque orthodoxe, grecque catholique, syrienne catholique, chaldéenne, protestante et orthodoxe.


    Arts
    Le Liban possède une scène artistique très dynamique, à la fois traditionnelle et contemporaine.

    La danse nationale, la dabke, est une danse folklorique pleine d'énergie. La danse du ventre de tradition classique continue à jouer un rôle important à l'occasion des mariages - elle symbolise la transition de la virginité de la fiancée à la sensualité de la femme - et est aussi très appréciée dans les boîtes de nuit.

    La musique arabe traditionnelle se compose de mélodies inharmoniques et de rythmes complexes, souvent accompagnés de chants sophistiqués à plusieurs niveaux. Parmi les instruments utilisés figurent l'ud, instrument à cordes en forme de poire ; le tablah, instrument de percussion en argile, en bois ou en métal et en peau ; le nay, simple flûte à anche au bout ouvert produisant un joli son très doux ; et le qanun, instrument plat de forme trapézoïdale comportant au moins 81 cordes que l'on pince.

    Ballet étonnant, le "Caracalla" mêle danse et musique orientales et occidentales.

    La littérature et la poésie ont toujours occupé une place prépondérante dans la culture libanaise. Une des formes de poésie très populaire, le zajal, fait intervenir un groupe de poètes qui se lancent dans un dialogue plein d'esprit en chantant des vers improvisés. La plus célèbre figure de la littérature libanaise est Khali Gibran, poète, auteur et artiste du XIXe siècle, dont les ouvres explorent le mysticisme chrétien. Parmi les auteurs contemporains, citons Amin Maalouf, Emily Nasrallah et Hanan Al-Shaykh.
    Détails
    -
    Voir aussi
    Commentaires