InfoLiban
Folklore
Tourisme
Source
  • http://www . lebanon-tourism.gov.lb
  • http://www.pageduliban.ch/
  • Le Liban est riche dans son Folklore: La danse que nous connaissons sous le nom de Dabké et le chant sont encore ancrés dans l'esprit des jeunes montagnards.

    Les recherches faites en Orient par des historiens font croire que les premières tribus de Palestine ont été influencées par leurs voisins les Cananéins. - Nous pouvons dire que le chant et la danse mentionnés dans la Bible sont d'influence Cannanéennes- dans religieuse qui se rapproche un peu de nos traditions et de notre Folklore- dans Canaan ( Comme par la suite comme la Phoenicia ) Dans ses villes florissantes de Beyrouth, Saïda , Sour et Byblos, la danse et le chant étaient dévotions religieuses.

    Certes,la danse était une prière chez les aïeux des libanais. Les prêtres de Baâl évoluaient dans les rues suivis de musiciens et des chanteurs; une autre manifestation c'était pour célébrer la fin d'une moisson dans le Sanctuaire du Baâl à Beit-mei. Les mouvements se rapprochent beaucoup de notre Dabké d'aujourd'hui et certains festivités mystiques.

    D'après les historiens, vu la situation géographique du Liban et l'activité de ses commerçants nous avons contribué à prendre partie à la danse et le chant en Europe. De là nous pouvons encore reconnaitre " La Sardana " en Espagne, et dans les montagnes grecques; une danse qui ressemble énormément à la Dabké.

    La danse et le chant se développèrent du temps des Romains, et de l'aspect religieux cet art prend dorénavant un aspect artistique, ou peut-être se sont-ils confondus l'un dans l'autre. L'historien Falvius Joseph mentionne Herode Agrippa 1er, comme ayant construit à Beyrouth un grand théâtre. Depuis la danse et le chant sont devenus un art et une initiation .

    Aussi l'évolution de ces deux arts a pu marqué notre Folklore. Car cet art a changé d'aspects: Nous pouvons remarquer:
    1- La danse individuelle encore populaire de nos jours
    2- La danse " Duo"
    3- La danse en groupe la Dabké, une danse très populaire inspirée par les Romains

    Une autre tradition gardée encore dans les villages c'est " Jalwat Al-Arous", la mariée est installée dans un fauteuil élevé, les femmes chantent sa beauté et sa grâce, un autre groupe de femmes répondent par quelques vers louant la bravoure du marié- le tout se termine par une " Zalghouta".

    D'autres aspects du Folklore libanais, sont la " berceuse et les pleureuses".

    Le Folklore Libanais dans ses aspects variés, se distingue par sa prudeur et par sa descence, le sens commun de solidarité qui se manifeste par une évolution physique et une euphorie toute spirituelle.

    Pas avant l'année 1956, le Folklore Libanais qui était menacé de disparaître . Un jeune musicien Sami Saliby avec un petit groupe d'amateurs, portent l'initiative d'aller piser le Folklore dans les villages et le transmettre à la jeunesse Libanaise à la demande du comité du Festival en préparation pour le Folklore ainsi ancrer en eux l'importance de nos traditions et l'esprit de solidarité durant la même année, quelques adeptes de la musique pensent au Temple de Baalbeck comme un des plus beaux cadres où peuvent être présentés les festivités musicales et théatrales- aussi s'est formé le Festival Internatinal de Baalbeck.

    Durant la même année, le comité du Folklore Libanais au Festival International de Baalbeck, prépare sa représentation Folklorique . Le but de ce comité est de faire revivre les traditions et les coutumes libanaises, de relever le niveau artistique et d'aider à l'évolution de notre mouvement culturel.

    En 1957 les premières " Nuits Libanaises" sont données dans la cour du temple de Jupiter à Baalbeck. Aujourd'hui le Folklore à cinquante ans de représentations.


    LA DABKE
    Chaque village a son interprétation du Dabké.
    1- " La Balbadieh" dans la région de Baalbeck.
    2- " La Choufieh " dans le Chouf.
    3- " La Bedounieh" influence du desert.
    4- " La Dalounieh" qui est la plus populaire.

    Certainement les recherches reviennent à dévoiler les traditions libanaises et les perfectionner; dans chaque région, nous puissons les différentes interprétations de la danse et du chant. Le comité tient à garder l'authenticité de notre Folklore.


    L'ECOLE DE DANSE
    Jusqu'en 1963, l'école est encore un club où les amateurs de danses folkloriques sont entrainés et par la suite sélectionné pour la représentation de l'été.

    En 1963, l'école permanente du Folklore prend forme, elle est dirigée par le Comité, un des membres est responsible de surveiller le travail. Un petit nombre de 14 personnes forment la troupe permanente de Baalbeck - ils sont contractuels.

    Le recrutement pour la représentation est fait chaque année et une sélection méticuleuse est suivie.

    Des cours préliminaires de maintien et de mouvements de danse classique sont donnés aux danseurs avant de s'attaquer à apprendre les pas du Dabké et les danses.

    Deux entraineurs s'occupent des élèves et leur fournisseurs deux heures de travail au titre de professionnels.

    Le comité a un local qui est pourvu d'un grand jardin. Le local étant petit, la troupe peut travailler dans le jardin au Printemps.


    LES COSTUMES FOLKLORIQUES
    Les costumes sont étudiés et choisis d'aprés le cadre du programme donné à Baalbeck et c'est en général le travail de quelques membres du comité.


    LES TROUPES FOLKLORIQUES AU LIBAN
    1956- 1964 La troupe Folklorique libanaise de Baalbeck, qui a propagé le Folklore libanais dans les villages, la ville et à l'étranger et dont sont sortis les troupes folkloriques suivantes :

    - Troupe Al Anwar.
    - Troupe Jarrar.
    - Troupe Roméo Lahoud.
    - Troupe danse « Caracalla ».
    - Le Folklore dans les écoles.
    - Par la suite plusieurs troupes se sont formées et développées dans la région libanaises.



    APPORTS DU FOLKLORE AU LIBAN
    - Faire revivre nos traditions et nos costumes .
    - Dévoiler la richesse folklorique du Liban
    - Eveiller dans la jeunesse cet esprit de solidarité et le goût de nos traditions.
    - Encourager nos artistes et les inciter à puiser dans le terroir libanais.
    - Propager le goût du Folklore.
    - Apport touristiques.


    HISTORIQUE DU FOLKLORE
    1961 voyage de la troupe Foldlorique du Festival de Baalbeck en Amérique du Sud: Elle sut un grand succés auprès de nos émigrés à Rio de Janeiro, Sao Paolo et Buenos Aires.

    1962 la même troupe se présente à Londres et à Manchester.

    Al-Anwar se présente à Paris au théatre Sarab Bernard; à Koweit et à Chypre.

    A la foire de New York en 1963, la troupe Jarrar ranime le Pavillon Libanais.


    CONDITIONS ACTUELLES DU FOLKLORE
    Le Liban s'est fait une traditiion avec son Folklore. Un Folklore riche et varié don't on peut être fier.

    La Dabké est à la portée de tout le monde; Toute la jeunesse libanaise danse dans les écoles, au théatre et dans les clubs.

    Le goût de la danse folklorique est né et encore plus s'est ancré dans cette jeunesse: le plus bel exemple est de voir la jeunesse se prendre par la main et terminer leurs soirées d'un seul pas, d'un seul écho.

    Les nuits libanaises à Baalbeck, Byblos, Tyr, et Beiteiddine continuent à faire vibrer les sites archéologiques.
    Détails
    -
    Commentaires